Kinshasa Digital a accordé une interview à Sidonie Latere, fondatrice de Kobo Hub, initiateur avec succès de la première campagne de crowdfunding en RDC sur Kickstarter pour financer SAPATU RDC, une start-up kinoise.

Peux-tu nous en dire plus sur ce que fait Kobo Hub, quand et par qui est ce que ça été fondé ?

Notre mission est d’accélérer l’émergence et la réussite d’entrepreneurs locaux porteurs de projets valorisant les compétences locales.

Kobo Hub accompagne les créateurs et porteurs de projet en mettant à leur disposition un réseau d’experts pluridisciplinaires, un accès aux compétences, ressources et infrastructures indispensables au succès et à la croissance de leurs start-up.

Kobo Hub offre un service de mentorat aux entrepreneurs pour qu’ils réussissent les différentes étapes dans leur processus de création de valeurs, d’investissement ou de croissance. 

Dites nous en plus sur Sapatu

Contrairement à ce que beaucoup pensent, nous ne sommes pas un incubateur, nous nous positionnons comme étant un accélérateur ce qui veut dire que nous pouvons accepter un projet ou une start-up voir même une PME à différents degré de développement et ainsi analyser ses besoins ainsi que ses failles et lui permettre en l’espace de 3 mois de maximiser son produit et/ou service dans le but de le lancer sur le marché. Pour exemple, SAPATU RDC, qui est une jeune start-up kinoise.

SAPATU RDC est une marque de chaussure pour homme mais aussi une coopérative qui regroupe des bottiers kinois.

Nous avons décidé d’accompagner SAPATU RDC car cette Start-up à un produit qui est consommé tous les jours: la chaussure. Leur produit est fabriqué localement avec une main-d’œuvre locale et répondant à un besoin local.

SAPATU, en rejoignant KOBO HUB, s’est vu agrandir leur rêve; pas seulement  trouver du financement pour démarrer l’entreprise mais ils ont bénéficié d'un accompagnement juridique, commercial, marketing et financier, avec par exemple, le lancement de la première campagne de crowdfunding en RDC.

Mais l’accompagnement va plus loin car KOBO HUB a signé un partenariat avec des bottiers Italiens qui vont venir à Kinshasa pour former les bottiers kinois de SAPATU pendant 3 mois. Ce qui va permettre à la jeune marque ainsi qu’au collectif de bottiers de perfectionner leur art et arriver à rivaliser avec des bottiers d’autres pays d’Afrique et voir d’ailleurs.

D'où vous est venu l'idée de lancer un crowdfunding ?

Le nerf de guerre d’un entrepreneur sont les finances. Le crowdfunding fut pour nous le meilleur moyen pour récolter un certain fond qui pourrait servir de capital pour les Start-ups car beaucoup de jeunes entrepreneurs souffrent du manque d’accès aux finances pour développer un prototype de leur projet.

Mais le crowdfunding est un super moyen de communication. Si le porteur de projet a une grande communauté, il peut créer un buzz et donc attirer l’attention sur son projet.

Quels ont été les temps fort de ce crowdfunding ?

Les 24 premières heures, voir les premiers dons tomber et voir les encouragements.

Le plus fort a été de voir une communauté congolaise de part le monde, se partager ce projet. Recevoir une trentaine de messages par jour, juste par des gens curieux ou encore des gens qui veulent savoir comment se procurer le produit mais encore plus surprenant des messages insistant de ceux qui veulent réellement investir dans le projet.

Les encouragements de milliers de congolais ont été une vraie richesse dans cette première campagne de crowdfunding. On pense que l’on a pu réveiller à nouveau un rêve: croire en nous-mêmes.

Comment va bénéficier Sapatu de ce crowdfunding ?

Le principe de crowdfunding appliqué avec SAPATU repose sur les contreparties. A chaque don, le contributeur reçoit une paire de chaussure et des fois 2 selon le montant. C’est comme si ils achetaient les chaussures en prévente. SAPATU reçoit tout simplement le bénéfice de ses ventes.

Quelles sont les prochaines étapes pour Sapatu ?

Après avoir reçu les fonds du crowdfunding et avoir honoré la production des chaussures des différents contributeurs, Ils devront entrer dans la phase 2, c’est-à-dire la formation par les bottiers italiens puis viendra la phase d’appels aux investisseurs pour la création d’un grand atelier de production. Bref, SAPATU a encore du chemin à parcourir et une belle histoire à écrire, car grâce à la campagne crowdfunding, le nom de la marque s’étend déjà au-delà des frontières de la RDC.