Dans le cadre de la lutte contre le Virus Ebola, Internews a organisé un Hackathon dans la ville de Goma, au Nord Kivu, faisant suite à celui qui a eu lieu à Kinshasa en marge de la Kinshasa Digital Week 2019. Les 30 et 31 mai derniers 60 jeunes ont eu pour mission d’imaginer et de développer des projets dans le but d’aider les agents de la riposte contre Ebola à atteindre leurs objectifs de communication au niveau local, national et international.

Durant 24 heures, et sans interruption, les participants ont investi l’Institut Français de Goma pour développer des projets dans le but de résoudre un des plus grands challenges auxquels sont confrontés les agents de la riposte actuellement. À savoir : la communication. Ils ont imaginé des outils innovants à destination des agents de la riposte, des communautés locales et de la population congolaise de manière générale, afin de rendre les informations relatives à Ebola plus disponible à tous les niveaux.

Tout au long du hackathon, les animateurs et mentors envoyés par Kinshasa Digital, M. Christian Lisangola et M. Junior Ngangeli ont, grâce à leur expérience, joué un rôle important en qualité de coachs et conseillers pour l’ensemble des 10 équipes afin de les guider dans ce marathon de l’innovation. Ils étaient accompagnés par des experts du ministère de la Santé qui ont échangé avec les participants et fait  part de leurs expériences et connaissances sur le virus et les enjeux de terrain en vue de l'éradication d’Ebola.

Des équipes hybrides

À la différence, de la plupart des autres hackathons, les équipes n'étaient pas seulement constituées d’informaticiens, pour leur compétence dans la conception des solutions utilisant les NTIC, mais chaque équipe devait réunir des compétences diverses : en communication, en médecine et en sociologie dans le but d’assurer des projets cohérents qui répondent à la problématique.
Et comme à Kinshasa, cela a été une opportunité de mettre ensemble des cerveaux de différents domaines afin de solutionner un problème qui de près ou de loin touche à l’ensemble de la population congolaise.
Seulement 24 heures ont suffi pour que, non seulement les équipes soient formées, mais qu’elles s’accordent aussi sur des projets communs. Les équipes sont restées éveillées toute la nuit dans une ambiance de travail et de forte motivation afin de produire un travail de qualité.

Top 3 des innovations qui en ont surpris plus d’un

Le principal fait marquant qui est ressorti de tous les projets est une forte compréhension de la problématique, tout comme ce fut la cas à Kinshasa. De plus, il y a des similitudes entre plusieurs projets présentés dans les deux hackathons.

Les solutions primées ont toutes utilisé les technologies USSD (comme l’équipe gagnante à Kinshasa, lisez leur histoire dans l’article de la Banque mondiale) et SMS afin de rendre les outils plus accessibles.

Un jury professionnel composé d’un expert de l’OMS, un expert de Congo Check et deux experts de la commission communication de la riposte contre Ebola a évalué les projets présentés sur base de 5 critères à savoir : le respect de la thématique, l'utilité de la solution, la possibilité de réalisation, l’innovation et l'accessibilité aux utilisateurs ciblés.
Tous les projets étaient excellents, mais le jury a réussi à les départager. Les 3 gagnants sont : JAM, ANGALISHO et NGOMA.

JAM est une intelligence artificielle, accessible par SMS, qui met en relation les habitants et les équipes de riposte contre Ebola.
Il est accessible depuis un numéro de téléphone auquel les habitants enverront un SMS tel à un ami et auront des discussions dans leurs langues sur Ebola.
Dans son fonctionnement Jam permet de :

  • Informer et conseiller la population sur les bonnes pratiques dictées par les agents de la riposte;
  • Faciliter la détection des cas grâce aux différentes informations qu’il est capable de collecter lors des conversations;
  • Donner les informations sûres en réponse aux rumeurs circulant sur Ebola.

ANGALISHO est une application mobile qui permet à la commission de communication de la riposte de diffuser des messages en format audio traduits en plusieurs langues à travers les réseaux de télécommunication. Ces messages sont accessibles à la population comme sonnerie d’attente lors de l’émission de chaque appel.
La population, peu importe son niveau, a accès aux informations actualisées sur les mesures préventives de la maladie à virus Ebola.

NGOMA est une application qui permet de mettre en contact la communauté et le centre de riposte Ebola par le biais des relais communautaires.
Les relais communautaires affectés dans de zones géographiques bien connues enregistrent chaque nouveau venu dans sa zone d'intervention. Afin qu'un mécanisme de suivi soit mis en place dans le but de détecter de manière précoce des cas de contamination. Les relais communautaires peuvent ainsi émettre des alertes en fonction desquels les agents de la riposte sauront obtenir la zone géographique où il faut intervenir.

En conclusion

La grande surprise dans cet hackathon était de voir que certaines équipes ont développé des prototypes fonctionnels alors que ce n’était pas obligatoire. Vu le temps très court à disposition, l’élaboration d’un concept réaliste et cohérent était suffisante pour le jury. Dans un souci de complétude, plusieurs équipes sont allées jusqu'à la réalisation des systèmes qui ont marqué les esprits non seulement par leurs qualités, mais surtout par leurs accessibilités.
Les équipes gagnantes se verront incubées et soutenu financièrement par le ministère de la Santé afin de finaliser leur projet, pendant ce temps elles seront invitées à participer à des activités touchant à Ebola afin de mieux s'imprégner du problème et échanger régulièrement avec les équipes de riposte pour leur permettre de produire une solution complète et utile.

Par Christian Lisangola